Peu après la publication de Surveiller et punir, Michel Foucault est amené à répondre à la question suivante : « Y a-t-il des "alternatives" à la prison ? » Foucault doute que l’imposition croissante de conditions restrictives en dehors de l’enceinte de la prison témoigne d’une rupture avec l’emprisonnement ; le progressisme pénal et le développement de techniques de surveillance sembleraient aller de pair.

Ainsi ne s’agit-il pas tel