À 17 ans, Victor fuit un quotidien d'une violence absolue. Sans argent, sans liens, sans but, sans aide de quiconque, il court dans Paris jusqu'à l'anéantissement, la souffrance. Il fera des rencontres, se mettra à l'épreuve, défiera sans cesse la mort pour se réapproprier son corps et son passé.
« Courir déterminé, en un bloc solide, résistant. Se faire violence, serrer les dents, plisser les yeux, broyer l'asphalte.
 Courir vite, sentir la vie, maintenir l'urgence, ne jamais ralentir, jamais faiblir. Respirer fort, mécaniquement, trois inspirations, trois expirations, toujours, même dans les montées. Sentir qu'on brûle, qu'on arrache cette chose, qu'on tient bien là, doigts moites, mains tremblantes. Cette chose qu'on serre, qu'on use, qu'on épuise, ce corps qu'on purge, que diable peut-il contenir pour qu'on l'éprouve ainsi ? J'avance dans les quartiers nord de la ville. Mes cuisses sont en vrac. Mes genoux, pareil. Je ne m'arrête pas. J'abîme la douleur. Dans l'aube naissante, la brume se dissipe sur l'eau du canal. J'ignore combien de temps encore je vais pouvoir tenir comme ça. »

Asphalte, Matthieu Zaccagna

14,00 €Prix